Commentaire: Why your games are made by childless, 31-year-old white men and how one studio is fighting back
par Benoit, 2013-04-15

J’applaudis de tout mon coeur cet effort de Guillaume Boucher-Vidal, interviewé ici par Ben Kuchera.

We need to ditch the romantic idea that your best work is done when you’re in your 20s and willing to give everything to the project; men and women in their 30s and 40s are creatively fertile and thoughtful in a way that only comes with age and experience. That’s also the age people are less likely to be satisfied with the lifestyle of a full-time developer, and the industry chases them out.

Je pense que je suis encore un amoureux passionné de la programmation parce que je ne me suis pas brûlé de cette façon. Comme tout le monde, j’ai affronté des séquences plus intenses et j’ai travaillé à travers la nuit pour rencontrer une date limite de publication. Je crois toutefois qu’il n’y a aucune fierté à tirer du travail excessif en soi. Plutôt, j’admire ceux qui savent maintenir un rythme durable, mu par des bonnes habitudes de vie, une saine discipline de travail et de bons trucs de productivité et d’organisation. En outre, je suis beaucoup plus sensible aux idées, à l’art et à la créativité de gens plus matures, avec qui je peux dialoguer sur nos parcours de vie. J’espère de tout mon coeur que de telles personnes peuvent produire des jeux vidéos et ainsi m’inviter à ce dialogue.